ensemble pour
combattre le
cyberharcèlement
Undiz s’associe au collectif Stop Fisha dans sa lutte contre le cyberharcèlement.

Co-fondée par 12 femmes, l’association défend et accompagne quotidiennement les victimes de cyberviolences à caractère sexistes et sexuelles. Depuis sa création en 2020, Stop Fisha répond aux nombres de cas grandissant de violences numériques en mettant à disposition de tous des solutions psychologiques et juridiques.

Les fondatrices de l’association, ainsi que 5 femmes ayant été victimes de cyberharcèlement, nous offre leurs témoignages et guide les victimes dans leur parcours.
undizfamily
stopfisha
emmaparis
chloecatalano
emmymakeuppro
clarisseluiz
emohokage
undizfamily
stopfisha
emmaparis
chloecatalano
emmymakeuppro
clarisseluiz
emohokage
undizfamily
« Undiz s'engage auprès de StopFisha pour combattre le cyberharcèlement »
stopfisha
« Il y a une nouvelle vague de féministes qui est en train d'émerger, et qui prend beaucoup de place sur les réseaux sociaux »
emmaparis
« J'étais totalement démunie »
chloecatalano
« C’est ma communauté qui m’a le plus aidée » 
emmymakeuppro
« Ce n’est pas parce que vous êtes cyberharcelé que ce que dit votre cyberharceleur est vrai » 
clarisseluiz
« Sans sororité on n’avance pas »
emohokage
« Osez parler, osez prendre la parole, osez vous exprimer, vous mettre en colère, crier »
Dans quel cas parle-t-on
de cyberharcèlement ?

Un message ou commentaire est considéré comme cyberharcelant lorsqu’il émet un jugement et impose son destinataire un sentiment d’insécurité. C’est donc un ensemble d’actions qui vont avoir pour conséquence d’affaiblir et mettre en danger la santé physique ou mentale de la personne qui les reçoit. Cela peut passer par la diffusion non consentie de contenus à caractère sexuel mais également dans l’envoi de messages répétés dont l’objectif est d’altérer le bien être de l’autre.
Rachel Flore-Pardo, avocate au barreau de Paris et co-fondatrice de l’association Stop Fisha donne les informations nécessaires pour identifier le cyberharcèlement et entamer les démarches pour en sortir.
Si vous pensez être victime de cyberharcèlement des solutions existent !
1

Faire un screenshot et signaler les contenus sur Pharos, la plateforme du gouvernement destinée aux signalements :
internet-signalement.gouv.fr
2

Se rendre dans le commissariat le plus proche, ou déposer une pré-plainte en ligne pour obtenir un rendez-vous et signer votre plainte par la suite.

Vous pouvez également envoyer un courrier au procureur de la république pour signaler les actes de cyberharcèlement à votre encontre.
Si tu ne vous sentez pas prêt, que vous ne souhaitez pas en parler avec vos proches, que vous avez besoin de soutien, vous pouvez prendre contact avec l’association Stop Fisha ou appeler le numéro d’urgence 3018.

Et on n’oublie pas : le cyberharcèlement est une infraction pénale, aucun commissariat n’a le droit de refuser une plainte ! Personne ne mérite d’être victime de harcèlement, peu importe la forme que ce dernier prend.
Petit guide des
phrases à enlever
de sa vie 👎
A remplacer par 💪💪💪
Cancer du sein : le sujet
de toutes les girls
Undiz s’associe au collectif Jeune & Rose dans sa lutte contre le cancer du sein chez toutes les girls, même les plus jeunes. Fondée en 2017, l’association accompagne les jeunes patientes et leur fournit les clés pour prendre soin de leur corps et de leurs boobs. Elle fédère au quotidien, par la création de réseaux d’entraide entre nouvelles et anciennes patientes, afin permettre à chacune de bénéficier d’un accompagnement dans son parcours contre la maladie. A travers ses multiples initiative informatives, culturelles et artistiques, Jeune & Rose sensibilise autrement le grand public, et particulièrement les jeunes, dans la lutte contre le cancer du sein. Une initiative canon et solidaire, qui prend soin de nous et de nos boobs, on dit oui !